Le Club d'AppAs — Un cercle fermé ouvert aux foules rieuses

Un roman aux répliques terriblement cinglantes





Chapitre I

Il devait être 13h34 depuis quelques minutes dans cette jolie clairière ensoleillée de la forêt de Fontainebleau. Deux cavaliers avaient mis pied à terre et s’étaient attablés devant une auberge aux murs embichonnés de vigne. Dans les pintes robustes et pesantes pétillait une bonne bière blonde du pays.
« Les modèles économétriques destinés à l’analyse des données de panel intègrent une composante permanente spécifique aux individus observés, qui capture l’hétérogénéité des situations particulières de chaque unité », plaisanta soudain Jérémie.
Le lieutenant d’Eperny exhala un léger soupir.
« Hélas, cette modélisation de l’hétérogénéité via des effets individuels aléatoires ne constitue pas une alternative valable à celle proposée antérieurement par Y. Mundlak [1961] qui avait suggéré de rendre compte de l’impact de la capacité managériale des chefs d’exploitations agricoles sur la production de ces dernières par le biais d’effets fixes…
— Mais…
— Une variable qui ne dépendrait que de l’indice i, coupa le lieutenant, est une variable individuelle (elle est constante dans la dimension temporelle) et une variable qui ne dépendrait que de l’indice t est une variable temporelle (elle est constante dans la dimension individuelle).
— Mais ce type d’interprétation est apparu très tôt dans la littérature économétrique puisque Eisner [1966, 1978] emploie ces termes pour chacun des modèles (3) et (4) », protesta Jérémie.
Piqué au vif, l’officier rétorqua sèchement :
« Les termes d’erreur ? et v sont réunis dans un seul wit ( = vit + ?it ). Dans ce cadre linéaire, l’identification de ces deux sources d’aléas, l’une intrinsèque au phénomène, la seconde liée à nos capacités d’observation des variables explicatives, est impossible.
— Cette statistique est asymptotiquement distribuée selon une loi du Chi-deux à un degré de liberté lorsque les effets ne sont pas corrélés et tend vers l’infini lorsqu’il y a corrélation, hoqueta le jeune homme.

— Non !
— Je vous dis que si !
— Quel que soit le statut, aléatoire ou fixe, de l’effet individuel, le passage en différence première ( yit ? yit?1 ) élimine cet effet mais crée une autocorrélation dans les résidus qui, compte tenu de la nature autorégressive du modèle, est source de biais potentiels ! » glapit Jérémie. D’un mouvement involontaire du bras, il renversa sa bière sur le pantalon d’équitation de d’Eperny.
Un court silence entre les deux hommes sembla tuer toute vie animale dans la clairière.
Contenant avec peine une envie bien visible de souffleter le maladroit, d’Eperny lui décocha, d’un ton glacial, que dans « le cas où les perturbations sont des variables gaussiennes conditionnelles à la série des exogènes pour chaque t, l’estimation de T modèles Probit ou Tobit produit des estimateurs convergents ?ˆt, t = 1,2, … T qui permettent de construire une estimation convergente ?ˆ de ?, comme dans le cas linéaire décrit précédemment. »
La remarque parut faire réfléchir Jérémie.
«
» , demanda-t-il, d’un air étonné.
— Tout à fait, répondit le lieutenant.
— On n’a pas toujours d’idée pour cuisiner les choux de Bruxelles car ils sont souvent préparés avec des lardons, s’esclaffa le jeune homme, mais je n’en avais pas ce jour-là, et surtout j’avais envie d’une autre association. En cherchant un peu, je suis tombé sur une recette finalement assez basique, mais qui transforme un simple légume vert en un accompagnement savoureux, que nous avons beaucoup apprécié.
— Mais on peut tout à fait réaliser cette tarte de manière plus traditionnelle, comme l’ont fait Béa et Brian », déclara d’Eperny en clignant de l’œil.
Sous le regard des écureuil et des chevreuils, les deux adversaires scellèrent leur réconciliation en broutant des fougères et en poussant, de temps à autre, des couinements qui, bien plus que de longs discours, exprimaient leur totale satisfaction. ♦

Merci à Alain Trognon( https://doi.org/10.3917/redp.136.0727 ) et Cooking Julia (http://cookingjulia.blogspot.com/2020/02/choux-de-bruxelles-gratines-aux-deux.html) / Combat de chevaliers dans la campagne – Eugène Delacroix – 1824

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

felis fringilla neque. leo. in Praesent
Le Club d'AppAs